Données fleuries #2

En vedette

J’avoue avoir une attirance particulière pour les objets sobres qui fourmillent d’informations. L’an dernier sur « Owni », nous avons essayé de pondre une app qui réponde à ces critères d’intensité et de simplicité en mode trombinoscope, pour détailler le nouveau gouvernement. « Bloomberg », sans doute avec d’autres moyens, s’est talentueusement essayé à l’exercice pour son classement des milliardaires, riche en données et en interactivité.

Les milliardaires selon Bloomberg.
Les milliardaires selon Bloomberg.

Le nombre de paramètres et de filtres disponibles est tout simplement impressionnant : au-delà du mur d’accueil, qui contient en mode BD les portraits des 100 plus riches de la planète, il est possible raffiner selon l’âge, le sexe, la nationalité, le type d’industrie et/ou la source des revenus. Il est également possible de modifier l’affichage du classement selon le revenu net ou la variation de celui-ci à travers le temps. Ou encore d’effacer ce mur de visages pour découvrir un classement en histogramme, ou bien encore une carte du monde. Et chaque portrait est évidemment cliquable, délivrant une fiche détaillée de la personnalité.

Du gros boulot pour ce classement dont on pourra également lire l’intéressante méthodologie.

***

Restons avec les milliardaires, pour naviguer cette fois dans une visualisation chatoyante et pour le moins abstraite. Basée sur le classement Forbes, et articulée au sein d’une mind map circulaire, cette explosion colorée de données a le mérite d’être exhaustive.

La truelle, point commun de la cosmétique et du bâtiment.
La truelle, point commun de la cosmétique et du bâtiment.

Du centre de la myriade, partent mille bras articulés comme autant de contrées mirifiques (orange) remplies de businessmen plein aux as. Chaque pays ses spécialités et ses secteurs de rentabilité (jaune). Chaque industrie ses vaillants capitaines, propulsés par le système (rose) ou par leurs propres petits bras musclés (bleu). C’est quand même drôlement poétique tout ça. Pas excessivement informatif, mais rûdement poétique.

L’effet (Open) WOW

LobbyPlag un projet hors-norme qui a suscité un enthousiasme immédiat, au point de pousser ses concepteurs à pousser le projet plus avant et déclencher une opération de crowdfunding. Les concepteurs, ce sont les deux journalistes et le développeur de l’équipe allemande de OpenDataCity, qui n’en sont pas à leur coup d’essai puisqu’ils sont déjà les auteurs de la célèbre application Malte Spitz sur « Die Zeit » (récompensée par l’ONA la même année que « Owni ») – du nom du député écolo allemand dont le téléphone avait été espionné par T-Mobile.

Modifications effectuées avec l'aide d'Amazon et eBay.
Modifications effectuées avec l’aide d’Amazon et eBay.

Le principe du projet, qui s’est monté très vite à partir des observations de Richard Gutjahr et de l’expertise de Marco Maas (OpenDataCity), est d’offrir une plate-forme publique qui pointe « l’efficacité » du lobbying des gros acteurs commerciaux de notre vie numérique au sein même des institutions européennes. En creux, un outil participatif de surveillance citoyenne afin de mesurer combien notre vie privée est contrôlée par le business et – à travers le jeu des influences – par le politique. Grâce à l’implication (notamment) de la Quadrature du Net il est désormais possible de comparer les différents rapports et amendements soumis par les membres de la Commission « Protection des données à caractère personnel » de l’Union européenne qui planchent sur la loi unique dite « General Data Protection Regulation » (GDPR).

Veilleries

Quelques jolis objets sont passés dans le radar récemment et méritent sans doute de figurer ici – même s’ils commencent un peu à dater :

  • « Novel Views: Les Misérables » (original, via) est un projet un peu dingue qui dissèque la traduction anglaise du chef d’oeuvre de Victor Hugo pour en tirer des datavisualisations diverses, comme l’apparition des personnages à travers le roman, les connexions lexicales, la déclinaisons des verbes les plus courants pour chaque personnage… Jolie démonstration.
  • Le célèbre indice « Big Mac » permet depuis plus d’un quart de siècle de comparer le niveau de vie présumé des habitants de la planète en prenant le prix du hamburger comme unité de référence. Coup de jeune pour cet indice grâce à cette dataviz interactive proposée par « The Economist ». Sans surprise, c’est au Venezuela que le coût unitaire de ce produit 100% américain est le plus dissuasif.
  • « Mapping Britain’s Super-rich » est un projet cartographique d’un chercheur en « inégalités sociales et spatiales » de l’université de Sheffield. Le traitement spécifique des données récoltées dans le contexte actuel de contractions budgétaires en Europe – on lira la méthodologie établie par l’auteur – permet l’établissement d’une carte anamorphosée du Royaume-Uni du plus bel effet, indiquant clairement les poches géographiques où résident les plus riches et les plus pauvres outre-Manche.

***

Cet article a été publié sur le site News Resources en février 2013.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s