Liens fleuris #2

Florilège hebdomadaire de bon savoir

(De la data, mais pas que)

***

  • La BnF, Guy Debord et le spectacle schizophrène du droit d’auteur
  • What is Google doing?
  • Critiquer (vraiment) Facebook
  • Facebook, nouvelle porte d’entrée dans l’adolescence
  • « L’open data, c’est un levier pour une ville plus solidaire, durable et performante »
  • Médias d’infos US : chute dramatique des reportages, l’audience s’en va
  • The commercial strategy behind The Guardian’s free, open web approach
  • Lire… Une année d’apprentissage de la lecture au CP
  • The Happy Show at MOCA
  • ***


    drapeau-france-icone-7111-48
    La BnF, Guy Debord et le spectacle schizophrène du droit d’auteur

    C’est là que le droit d’auteur se fait spectacle dans le mesure où ce dernier – selon Debord – n’est que le véhicule de la relation marchande. En l’occurrence, la relation de la culture qui s’expose à la prédation et à la récupération marchande de la part non pas d’entreprises privées, mais des institutions de l’Etat, lesquelles réussissent le coup double de patrimonialiser et capitaliser le bien commun […].

    Le chercheur Antonio Casilli raconte son expérience paradoxale avec la Bibliothèque nationale de France, laquelle lui refuse, au nom du droit d’auteur, de jouir de ses propres photos effectuées durant la visite d’une exposition rendant hommage au fondateur de l’Internationale Situationniste ; « IS » dont tous les textes pouvaient « être librement reproduits, traduits ou adaptés, même sans indication d’origine » ; Un virage commerçant, un peu malsain, pris par la BnF, et que la Fondation Copernic relatait récemment.

    (Blog d’Antonio Casilli, texte en français, 23 mars 2013)



    drapeau-royaume-uni-icone-7511-48
    What is Google doing?

    Part of the problem is our own unhealthy addiction to « free » software. […] So what is Google up to? Is it a forward-thinking company that embraces its customers as partners or uses them as focus groups it later ignores?

    Excellent éditorial de John C. Abell (« Reuters », passé par « Wired »), posant la question de la confiance que le grand public peut encore avoir d’une entreprise qui offre ses services et qui prend l’habitude – comme avec le Reader dernièrement – de mettre à mort des produits pour lesquels ses utilisateurs ont leurs habitudes ; du virage stratégique récent opéré par Google, notamment sur le hardware ; de la nécessité, sans doute, de remettre les choses à plat et de clarifier le sens de l’entreprise (comme Facebook et Apple peuvent l’avoir fait dans le passé) afin d’éviter la Google Fatigue.

    (« MediaFile », texte en anglais, 22 mars 2013)



    drapeau-france-icone-7111-48
    Critiquer (vraiment) Facebook

    C’est dans le processus continu d’individualisation expressive de nos identités, phénomène qui s’est mis en route dans les sociétés occidentales dans les années 70, que s’enracinent à la fois le désir de relations sociales pures et authentiques et le souci accru de gérer son capital social comme une micro-entreprise personnelle.

    Le sociologue Dominique Cardon dresse une critique très précise de la critique (qu’il juge) excessive et ambiguë vis-à-vis du plus populaire des réseaux sociaux ; détaille les points faibles des principaux reproches ; envisage la question de la frustration sociale à résoudre les ambiguités de ces critiques en replaçant l’origine du problème dans la culture et l’imaginaire libéral.

    (« Libération », texte en français, 19 mars 2013)



    drapeau-france-icone-7111-48
    Facebook, nouvelle porte d’entrée dans l’adolescence

    Ils se soldent en bagarres le lundi matin dans la cour. Des groupes s’y forment, reproduisant les petites cellules amicales constituées sur le réseau, dont seuls leurs participants ont connaissance. « Les gamins sont aussi plus durs entre eux, ajoute M. Henno, comme si la liberté de parole sur Facebook déteignait. »

    A l’occasion de la parution du « baromètre 2012 Enfants et Internet » de l’association Calysto, Pascale Krémer dresse un état des lieux de la relation particulièrement étroite que les enfants (plus ou moins âgés) ont tissé avec Facebook ; analyse des comportements liés aux rites initiatiques propres à l’adolescence ; opportunités et dangers de la projection d’une image valorisée de soi-même sur le réseau social.

    (« Le Monde », texte en français, 23 mars 2013)



    drapeau-france-icone-7111-48
    « L’open data, c’est un levier pour une ville plus solidaire, durable et performante »

    Auparavant, seuls les gros acteurs avaient les moyens de collecter et d’analyser des données. En ouvrant nos données, nous permettons aux start up et associations de s’en emparer et de construire des activités innovantes qui vont s’appuyer sur les données ouvertes.

    Réalisé par Carole Leclerc, ce riche entretien de Jean-Marie Bourgogne – responsable numérique à la ville de Montpellier – permet de cerner les enjeux, les paris, les défis de l’open data pour l’avenir au niveau local ; comment l’ouverture des données offre des perspectives de transformation politique pour une ville ou une région.

    (« Without model », texte en français, mars 2013)



    drapeau-france-icone-7111-48
    Médias d’infos US : chute dramatique des reportages, l’audience s’en va

    Les Américains l’ont remarqué : près d’un tiers d’entre eux […] ont déserté ces médias traditionnels, estimant qu’ils ne fournissaient plus l’information à laquelle ils étaient habitués. La principale raison est, de loin, leur moindre qualité.

    Cette année encore, Eric Scherer délivre un indispensable compte-rendu détaillé du « State of the News Media » (du Pew Research Center). Ce rapport est alarmiste : il décrit un effondrement structurel des ressources et des effectifs alloués aux rédactions étatsuniennes ; met l’accent sur la baisse significative de la qualité du contenu produit et de la vigilance des journalistes face aux communicants de plus en plus performants ; l’incapacité des médias à s’emparer des nouveaux formats de pub prometteurs tels que le mobile et l’hyperlocal ; la progression des « contenus sponsorisés ».

    (« Meta-Media », texte en français, 18 mars 2013)



    drapeau-royaume-uni-icone-7511-48
    The commercial strategy behind The Guardian’s free, open web approach

    Alan Rusbridger once told me back in 2008 it would be the best day of the Guardian’s life if the New York Times put up a paywall.

    Patrick Smith résume et commente l’intervention de David Pemsel, directeur commercial du groupe « Guardian News and Media », au cours du récent Changing Media Summit 2013, durant lequel le business modèle du GNM a été détaillé ; de l’importance de connaître ses lecteurs et ses habitudes… mais également ses annonceurs ; le défi de la mobilité et de l’internationalisation.

    (« The Media Briefing », texte en anglais, 21 mars 2013)



    drapeau-france-icone-7111-48
    Lire… Une année d’apprentissage de la lecture au CP

    Un enfant, ça se prend par la main.

    Lire au CP, webdocumentaire (capture).
    Lire au CP, webdocumentaire (capture).

    Sur la forme, la direction artistique est sobre et efficace, et la plate-forme 3WDOC utilisée permet d’obtenir un rendu très propre et très convaincant. Sur le fond, une frise chronologique retrace l’année scolaire en parsemant les saisons de petites vidéos de vie, en donnant la parole aux enfants, aux profs, aux parents, aux savants. Un condensé de sourires et de réflexions à ne pas manquer.

    (Webdocumentaire produit par l’Education nationale et le CNDP, en français, mars 2013)



    drapeau-royaume-uni-icone-7511-48
    The Happy Show at MOCA

    If I live in the US and make more than $80,000.00 per year, any additional dollar earned makes almost no difference whatsoever. Think about it, this is surprising: It does not matter to my overall wellbeing if I make $100,000.00 or $100 million a year; I will get rid of some problems but will add some others in exchange.

    The Happy Show (détail).
    The Happy Show (détail).

    Le designer Andrew Kim présente l’exposition « The Happy Show » (ici aussi) de son collègue new-yorkais Stefan Sagmeister au Musée d’Art contemporain (MOCA) de Los Angeles, décrit comme une « expérience de la dissection et de l’interprétation de ce qu’est le bonheur » selon Sagmeister, théoricien (entre autres) du temps libre. Un lien, un autre, la recherche du bonheur est simple comme la sérendipité.

    (Blog de Andrew Kim, texte en anglais, 20 mars 2013)

    ***

    Les icones sont [by|nc] icones.pro

    Laisser un commentaire

    Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

    Logo WordPress.com

    Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

    Image Twitter

    Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

    Photo Facebook

    Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

    Photo Google+

    Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

    Connexion à %s